Le concept

Son histoire

Un lieu

Nous sommes dans le jardin des dieux !
Spectateur et goûteur, aux côtés de Jean de la Fontaine, assistant à la dispute gourmande entre l’amour et la folie, participant à ces agapes amicales.

Depuis plus de cent ans, le 94, avenue des Batignolles, à mi-chemin entre le Parc Monceau et la Place de Clichy, à quelques pas du théâtre Hébertot, est un lieu de plaisir et de rendez-vous.  Au début du siècle précédent, il accueillit une maison dite close. Depuis, sans interruption, avec succès et bonheur, de belles aventures culinaires s’y sont succédées. Ainsi, aujourd’hui, notre adresse est une belle adresse qui se nourrit elle-même de la tradition et l’histoire d’un Paris de la fête, de la gastronomie et de la convivialité.

L’originalité du lieu fait écho à l’originalité de notre gastronomie. A l’Amour et la folie, nous sommes ici et ailleurs. Ici, par la force du lieu et son ancrage dans l’histoire du goût et du plaisir parisien et ailleurs, par l’originalité des saveurs inventées et proposées.

Et surtout

Un nom


L’Amour et la Folie, c’est d’abord le titre d’une fable de la Fontaine. Peu connue. Pas assez connue.

Que dit L’amour et la Folie ?
Une dispute. Une blessure. Une sanction.
L’amour et la folie sont amis. Ils se querellent. La folie rend l’amour aveugle. Les dieux décident d’une peine : l’amour et la folie resteront, pour la vie, unis.
La folie servant de guide à l’amour aveugle.

Et aujourd’hui ?
Cette fable nous inspire. Elle témoigne de la passion, de l’audace, de la folie et de l’amour, nécessaires à toute entreprise. 

Nous avons souhaité que ces deux magnifiques protagonistes de la fable siègent à chacune des tables, auprès de tous ceux qui franchissent le seuil de notre restaurant, à travers les mets inventés et servis, les vins proposés, l’attention portée  à chacun en salle et en cuisine. 

Lire la fable, découvrir notre carte !
Découvrir la fable, lire notre carte ! 

Ainsi, le voyage commence : avec les plaisirs de l’amour et les yeux de la folie ! 

L’AMOUR ET LA FOLIE

Tout est mystère dans l’Amour,
Ses flèches, son carquois, son flambeau, son enfance :
Ce n’est pas l’ouvrage d’un jour
Que d’épuiser cette science.
Je ne prétends donc point tout expliquer ici :
Mon but est seulement de dire à ma manière
Comment l’aveugle que voici
(C’est un Dieu), comment, dis-je, il perdit la lumière ;
Quelle suite eut ce mal, qui peut-être est un bien ;
J’en fais juge un amant, et ne décide rien.
La Folie et l’Amour jouaient un jour ensemble :
Celui-ci n’était pas encor privé des yeux.
Une dispute vint : l’Amour veut qu’on assemble
Là-dessus le conseil des dieux ;
L’autre n’eut pas la patience ;
Elle lui donne un coup si furieux,
Qu’il en perd la clarté des cieux.
Vénus en demande vengeance.
Femme et mère, il suffit pour juger de ses cris :
Les Dieux en furent étourdis,
Et Jupiter, et Némésis,
Et les Juges d’Enfer, enfin toute la bande.
Elle représenta l’énormité du cas :
Son fils, sans un bâton, ne pouvait faire un pas :
Nulle peine n’était pour ce crime assez grande :
Le dommage devait être aussi réparé.
Quand on eut bien considéré
L’intérêt du Public, celui de la Partie,
Le résultat enfin de la suprême Cour
Fut de condamner la Folie
A servir de guide à l’Amour.

Jean de la Fontaine – Livre XII, fable XIV

Nous contacter

l'Amour et la Folie

94 boulevard des Batignolles
75017 Paris

  • 01 43 87 26 84

  • Métro Ligne 2 Villiers ou Rome
    Ligne 3 Villiers

  • Ouvert du mardi au samedi :
    de 12h00 à 14h30 et de 19h00 à 23h30